Alternance : Le journaliste Xavier Messe présente le seul parti capable de faire trembler Etoudi
1
335
vues
Alternance : Le journaliste Xavier Messe présente le seul parti capable de faire trembler Etoudi
L’ancien Directeur de publication du quotidien Mutations estime que le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) est l’unique parti politique « qui peut aller aux élections de manière à inquiéter ».

Xavier Messe s’est prononcé sur la vie politique du Cameroun le mercredi 14 septembre sur les antennes d’ABK radio. Selon le journaliste émérite, « la culture du parti unique dans laquelle est engluée le Cameroun n’est pas de nature à faire bouger les lignes.

« Quand on regarde l’environnement politique aujourd’hui chez nous, on a l’impression qu’il y a un seul parti politique qui a la capacité de mobiliser les gens, qui a une base solide et qui peut aller aux élections de manière à Inquiéter, à permettre au parti qui est au pouvoir, n’est-ce pas de bouger, de ne pas rester n’est-ce pas sur une position dominante de manière éternelle et ce parti là c’est le MRC. Et le fait qu’il ne soit pas à l’Assemblée, le fait que ses réunions publiques, ses marches publics soient systématiquement interdites, pour moi ça me gêne parce que je n’ai pas une culture de parti unique. J’aimerais que les choses bougent comme ça se passe ailleurs. J’ai des convictions. J’aimerais que les choses bougent chez nous », pense Xavier Messe.

Pour l’enseignant de l’ESSTIC, il est important en toute chose, de savoir passer le témoin après avoir été aux commandes pendant longtemps.  « Rester dans une latence, rester dans un système à caractère parti unique pendant 30-40 ans pour moi ça me gêne énormément. J’aimerais voir qu’il y ait quand-même un combat politique au sein de l’Assemblée nationale d’abord et au sein des partis politiques. Si vous demandez au démocrate que je suis : « Est-ce que je m’accommode à voir une même personne à la tête du pays pendant 30-40 ans ?  Je dis non ! Et non !  Ce n’est pas possible. […] il m’est arrivé de diriger certaines structures et à un moment donné, quand j’ai fait 10 ans à la tête d’un organe de presse. J’en avais marre ! Je ne pouvais plus supporter ça pendant longtemps. J’estimais qu’il y a des jeunes gens qui sont derrière moi, et qui ont une autre vision des choses, qui peuvent apporter un sang nouveau », préconise-t-il.  

Webjournaliste-Editeur-Communicologue

Votre réaction à propos de cet article

0
Poor Work
0
Nice Work

Ajouter un commentaire

https://voixdesjeunes.com/assets/images/user-avatar-s.jpg
Écrivez le premier commentaire pour cela!