Tikar-Bamoun : Unis par le sang et l’histoire
8
1,581
vues
Tikar-Bamoun : Unis par le sang et l’histoire
Issus d'un long processus de métissages ethniques avec des populations rencontrées au cours de leurs migrations successives, les Tikar sont le produit de la fusion ou de l’hybridation entre les descendants des Mboum (Tinkala) de ngan’ha qui ont quitté leur terre natale suite à un conflit de succession avec les populations autochtones Ntùmù de la plaine Tikar.

Les Tinkala (Mboum) ont été d’une grande importance pour le peuple autochtone Ntùmù. Installer pacifiquement sur leurs territoires, ils ont été d’un grand apport car ont aidé à combattre leurs ennemis. Et en récompense, ils ont obtenu une part de pouvoir. Dans d’autres localités ils ont intégrés les hautes sphères des systèmes politiques existants parfois à travers les mariages ou par certains actes de bravoure. Au fil du temps, ils ont continué d’infiltrer les gouvernements en place en s’imposant par leur sens de rassemblement. Progressivement ils ont relégué au second plan ou ont assimilé les chefferies et royaumes autochtones Ntùmù existants et ont finis par imposer leurs propres empires qu’on appelle aujourd’hui royaumes Tikar.

L’arrivée des princes Mboum (Tinkala) vers le XIIème siècle dans la plaine des Ntùmù, a donné naissance à sept principaux royaumes Tikar. Ces princes en s’installant dans la plaine Ntùmù ont relégué au second plan les chefferies autochtones existantes et ont imposé une forme d’aristocratie dans la région, mais en maintenant pratiquement la même structure politique que l’empire autochtone Ntùmù tombé en déclin depuis longtemps. Ils ont réussis par la force des choses a assimilé les chefferies autochtones Ntùmù existants depuis des millénaires et se sont imposés en supers rois suite à certains actes de bravoure ou aux accords signés avec les peuples autochtones.

Aux origines du lien

Le royaume Bamoun est fondé dès le XIVe siècle par une dynastie d’origine Tikar. Il s’agit notamment du prince Tikar Ncharé Yen vers 1394. Il est parti du royaume de son père pour fonder son royaume. Il a traversé toute la plaine qu’on appelle aujourd’hui plaine Tikar, il s’est d’abord installé à Njimon avant de continuer ses conquêtes de terres. Le Roi Ncharé Yen repousse les chefs bamilékés au-delà du Noun, puis après avoir été battu vers 1800, par les Peuls du Banyo, il entoure sa capitale, Foumban, de murailles et à l’aide de sa cavalerie, parvient à repousser ces derniers. Son apogée se situe au XXe siècle avec à sa tête le Roi NJOYA. Le Roi est un souverain, dont la succession est assurée par hérédité, qui est écouté par le chef d’Etat du Cameroun. Le Roi actuel est le 19ème descendant de cette dynastie instaurée au XIVe siècle, sans doute l’une des plus anciennes de toute l’Afrique.

Liés à vie

L’histoire soutient qu’il y avait un principe de septennat  au royaume de Kimi  où après sept ans de règne on devrait tuer le roi pour permettre aux autres princes de régner, le roi en Fonction Mbé voyant sa mort venir a fui nuitamment avec la complicité d’une reine avec ses frères et ses sœurs dont Ncharé yen et ngounso. Mbé est allé fonder le royaume Tikar de nditam, Ncharé le royaume Bamoun et Ngouso le royaume de Banso.   Chaque fois qu’un chef banso ou Bamoun est intronisé c’est à Bankim qu’ils viennent prendre l’eau royale ils y fonts également des rites.

Votre réaction à propos de cet article

1
Poor Work
0
Nice Work

Ajouter un commentaire

https://voixdesjeunes.com/assets/images/user-avatar-s.jpg
Écrivez le premier commentaire pour cela!