Discours de Nouvel An : Ce que les jeunes doivent retenir du Message du Chef de l’Etat à la Nation
2
1
288
vues
Discours de Nouvel An : Ce que les jeunes doivent retenir du Message du Chef de l’Etat à la Nation
Le jeune docteur camerounais et Chargé de cours à l’Université du Québec en Outaouais (UQO), Éric Joël Mebada fait une analyse froide du message du Président Paul Biya.

"Le chef de l’État est revenu, en premier lieu, sur les grands événements ayant eu un impact sur la vie de la nation. On ne peut nier les effets désastreux du conflit russo-ukrainien sur les différentes chaînes d'approvisionnement mondiales. De plus, ce discours bien qu'ayant abordé de nombreuses difficultés sécuritaires aura surtout eu une forte teneur économique.
Le président se sera félicité du fait que l'inflation n’eut pas été aussi forte que celle observée dans d'autres pays. Cependant, la croissance n’étant pas au rendez-vous, ou du moins plus faible qu'espérée, il est difficile de se réjouir, puisque les différents indicateurs économiques pointent vers une diminution du bien-être des Camerounais. D’autres points importants peuvent également être relevés.

A) Politique redistributive

Le chef de l'État aura également évoqué le projet des filets sociaux, mis en place un Cameroun avec le concours de la Banque mondiale. S'il faut saluer cette initiative, il n'en demeure pas moins que les sommes allouer à ce programme ne constituent qu'une goutte d'eau en comparaison des besoins réels des couches les plus vulnérables de notre nation. Le probable élargissement du programme à un plus grand nombre, ne peut donc être la seule réponse à un problème d’une aussi grande ampleur.

B) Une probable diminution des subventions de carburants

Le discours porte également en lui l’annonce d’une hausse programmée du prix de l’essence à la pompe. Il a lieu de signaler, que les subventions du gouvernement accordées aux produits pétroliers ont toujours constitué l’un des points d’achoppements avec les bailleurs de fonds. Lorsque l’on se souvient de la crise de 2008, il y a fort à parier, que le gouvernement ne pourra appliquer une telle politique qu’en anticipant en amont certaines réactions négatives des partenaires sociaux.

C) La corruption

Le président aura exprimé son attachement à cette grande lutte, en souhaitant que celle-ci fût embrassée par un plus grand nombre de ses compatriotes. Cependant, les politiques mises en place peinent à porter fruit. Au contraire, les Camerounais s'entendent pour dire que la corruption gangrènes, chaque jour d’avantage, chaque aspect de la vie sociétale camerounaise.

Dr Éric Joël Mebada, Chargé de cours à l’Université du Québec en Outaouais (UQO)

D) L'exploitation des ressources minières

Nous devons reconnaître que l'exploitation des ressources naturelles, la lutte contre la corruption et la transformation des matières constituent les trois leviers, sur lesquels ne Cameroun pourrait s’appuyer pour générer de la croissance. En incluant l’exploitation des ressources naturelles, le président aura certainement voulu attirer l’attention des différents acteurs de secteur économique, afin que les dividendes générés par l'exploitation de ses resources puissent être utilisées à bon escient.

E) Ce qu’il n’y avait pas dans le discours.

• Le nombre d’emplois créés. La polémique entourant chaque année la publication des chiffres sur le marché du travail au Cameroun n’aura pas lieu cette année. Le président ayant décidé de ne pas présenter de statistiques sur la situation du marché du travail au Cameroun.
• La succession de Paul Biya. La prise de parole présidentielle n’aura donné aucun indice sur l’identité du prochain locataire du palais d’Etoudi. Cependant, 2025, c’est dans deux ans. Le débat sur la succession de Paul Biya sera le principal enjeu entourant la vie politique pour les deux prochaines années.

En résumé

Ce discours à défauts de contenir des annonces spectaculaires, aura surtout eu comme avantage de situer la nation par rapport aux défis à venir. Il aura également permis de réaffirmer la volonté du Cameroun de faire face aux nombreux défis multifactoriels qui l’attendent au cours de la prochaine année. Il n'est pas certain que les camerounais entendent l’appel du président à œuvrer pour une société plus juste, plus soucieuse d’offrir de réelles opportunités à tous ses ccitoyens. Cependant, reconnaissons au président, que jusqu’à la fin, il aura su tenir le fort et se maintenir debout, et peut-être est ce là, le seul enseignement véritable de ce discours ?"
Dr Joel Mebada,

Chargé de cours à l’Université du Québec en Outaouais (UQO)

Votre réaction à propos de cet article

0
Poor Work
0
Nice Work

Ajouter un commentaire

https://voixdesjeunes.com/assets/images/user-avatar-s.jpg
Écrivez le premier commentaire pour cela!